Les sculptures plus petites sont souvent les maquettes des œuvres monumentales. Elles forment un monde plus intime, figuration des mouvements intérieurs, d’une vie secrète, d’un théâtre muet. Plus qu’aux anatomies, Bernard Vié s’attache aux gestes , aux rythmes, à l’éloquence des formes. Tout n’est pas montré, l’absence de certains éléments permet de souligner l’expression des points essentiels. Les compositions sont à la fois des assemblages précaires et des constructions équilibrées, dans le balancement entre incertitude et satisfaction de l’esprit.